Le bulletin social : "Magouille et copinage : quid de la santé ?"

Le bulletin social:

Alors que le scandale des affaires Nethys et consorts révèlent au grand jour des pratiques plus que douteuses quant à l’utilisation de l’argent public, T. Persons s’interroge : et si l’on s’intéressait d’un peu plus près au financement de la santé en Wallonie ?

« L’hypocrisie est un vice à la mode et tous les vices à la mode passent pour vertus. »

Dom Juan, Molière (1665)

C’est le grand nettoyage en Wallonie ! Publifin, Nethys, et compagnie, tout ça, c’est fini. Quel soulagement d’entendre Jean-Luc Crucke, pectoraux saillants, pas décidé, allure conquérante nous renvoyant à un air qu’on ne retrouve que dans la B.O. d’Erin Brokovitch, déclamer haut et fort : « Que ce soit à Liège ou en Wallonie, on ne peut plus accepter des écarts de comportement avec l’argent public ». Jean-Luc, notre Julia Roberts version 2021 nous le promet : les têtes vont tomber ! Justice !

Alors clairement, en qualité d’acteur de terrain qui voit son secteur sous-financé depuis l’époque où Jean-Luc avait encore des cheveux, je me dis que c’est une excellente nouvelle. On va enfin songer à utiliser l’argent public, le vôtre, le mien, le sien, à bon escient. On commence à passer à la loupe les intercommunales, les ASBL, les organismes financés par la Région et on se rend compte qu’en effet, on ne respecte pas les marchés publics, que le copinage est légion et que si l’on peut s’en mettre plein les poches au passage, on ne s’en prive pas.

Du coup, au niveau du financement de la santé, avec des subsides accordés à tour de bras à des tas d’organismes publics ou privés, je me dis que le secteur va trembler. Et bien, non. Tous corrompus, sauf nous. Étonnant, n’est-ce pas ? Vous me direz, s’il n’y a pas d’argent, il n’y a rien à détourner… Puis, le timing est mauvais pour aller gratter, c’est pas le moment de mettre en lumière des agissements frauduleux, tout ce petit monde est bien occupé avec la vaccination, la prévention et les conséquences de ce maudit virus.

Tant de cynisme, ça pique aux yeux, non ?

Pourtant, il ne faut pas aller chercher bien loin pour découvrir que certains subsides sont utilisés à des fins fort différentes de ce à quoi ils sont alloués, mais ça ne se dit pas. Certes, on est loin des sommes astronomiques que génèrent un aéroport, mais malgré tout, à notre petit niveau, on se défend pas mal ! Oups, qu’ai-je dit… Quelles horribles allégations suis-je en train de porter sur mon secteur ? N’ai-je pas honte ? Soit, soyons discret, tant que ça ne gêne pas trop. Puis, le copinage, nous on ne connait pas. Il n’y a pas de lobbying au niveau de la santé. Nous sommes humbles, transparents et respectons scrupuleusement la législation des marchés publics. Bref, il n’y a rien à voir, passez votre chemin !

Tant de cynisme, ça pique aux yeux, non ? Puis, vous avez le droit de me dire que c’est bien joli de porter des accusations fumeuses et calomnieuses sur la santé en Wallonie, mais il faudrait peut-être étayer par des preuves ? Mais il n’y a pas de preuve à fournir, qu’on vous dit. TOUT. VA. BIEN.

En conclusion, en attendant que le courage politique franchisse le pas de la santé, on ne peut que légitimement s’interroger sur le financement opaque, sur le clientélisme, sur la compétence de certaines structures à gérer les missions qu’on leur confère. Nous sommes sous-financés, c’est évident. Nous sommes mal financés, c’est certain. Y-a-t-il des abus ? C’est une question à en perdre les cheveux. Ça tombe bien, Jean-Luc n’a déjà plus les siens.

T. Persons

[Les autres bulletins sociaux]
- "Lettre ouverte aux étudiants"
- "Négociations pour le non-marchand : une définition de l’immobilisme"
- "La saturation des hôpitaux : quand le politique va droit dans le mur"
- "Laissez mon cash tranquille !"
- "Portrait du nouveau Ministre de la Santé"
- "À propos d’égalité à l’accès aux soins de santé"
- "Manifestation pour la santé : et maintenant ?"
- "La magie scientifique au secours des politiques"
- "Dites, il est où le changement ?"
- "Quand Bruxelles vient en aide aux professions libérales..."
- "Laissons crever nos vieux"
- "Petit recueil de fraudes à l’usage des vils indépendants"
- "Ode à Marie-Christine Marghem"



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus