Travail social : petites et grandes manipulations

21/12/20
Travail social: petites et grandes manipulations

Manipulation : c’est un terme assez fréquemment utilisé, avec une connotation plutôt négative. En travail social, nous pensons y être régulièrement confrontés, car il ne faut pas oublier que pour nos bénéficiaires, les enjeux sont de taille : assurer sa subsistance, obtenir un logement, conserver sa liberté, etc. Ceci dit, ce que nous appelons manipulations est en réalité, la plupart du temps, un jeu psychologique inconscient, les véritables manipulations étant plutôt rares.

En effet, la manipulation est le plus souvent consciente, elle sert un objectif également conscientisé et met en œuvre toute une série de stratégies relationnelles, comportementales, psychologiques. L’autre est utilisé pour parvenir à ses fins, quitte à être mis à genoux. Un jeu psychologique, au contraire, est inconscient, répétitif, tel un scénario sans fin. Faire la différence entre les deux n’est pas aisé, les déjouer encore moins, car dans les deux cas, cela demande de prendre beaucoup de recul.

Un jeu psychologique inconscient

Un jeu psychologique est une série de messages cachés visant un point faible et aboutissant à un bénéfice caché pour le joueur. Ces jeux ont pour objectif d’alimenter le scénario négatif, les croyances, que le joueur a sur la vie, sur lui, sur les autres. Un jeu psychologique est prévisible, répétitif, inconscient, il suscite des sentiments parasites et génère un moment de confusion mentale. Un jeu psychologique est inconscient : les mêmes stratégies de jeu sont inlassablement reproduites par les mêmes personnes, sans que chacune semble en être consciente. De même, le résultat de ce jeu est prévisible, surtout pour l’entourage. Les protagonistes, quant à eux, semblent malheureux de constater qu’ils n’arrivent pas à échapper à ces stratégies d’échec.

Le jeu commence si j’y adopte un rôle

Un jeu commence si j’adopte un rôle après y avoir été invité : une accroche sur un point faible de l’autre génère un hameçon émotionnel. Si l’autre attrape l’hameçon, cela va déclencher une réaction suivie d’une escalade provoquant un coup de théâtre, générant un bénéfice négatif pour les joueurs … Un outil permettant de décoder ces jeux psychologiques est la matrice « Sauveur Persécuteur-Victime ». Nous y avons tous une porte d’entrée privilégiée, selon notre histoire. En fonction de cette porte d’entrée, de l’hameçon lancé, nous allons nous placer dans un de ces rôles et le jeu peut démarrer.

Un triangle dramatique

Le sauveur est persuadé qu’il doit agir, qu’il est indispensable, il agit avec bonne intention, alors que bien souvent, on ne lui a rien demandé. Le sauveur ne tient pas compte de ses propres besoins, s’irrite parfois, surtout lorsque la victime ne lui témoigne pas de reconnaissance, ne se comporte pas comme attendu, voire lui fait des reproches. Le sauveur peut alors s’épuiser à continuer malgré tout, et devenir à son tour victime ou se transformer en persécuteur, imposer des règles, se mettre en colère, menacer de mettre fin à des privilèges, etc.

Déjouer le triangle

C’est un scénario qui a probablement été vécu par plusieurs d’entre nous. Heureusement, en prenant un peu de recul, nous pouvons le déjouer, sortir, ou ne pas entrer, dans le triangle. Tout d’abord, en analysant la demande : est-elle claire ? Y répondre fait-il partie de mon champ de compétences et de mon rôle ? Quelle sera ma part et celle de l’autre ? Ai-je autorité pour intervenir ? Autant de questions indispensables à se poser. De même, en cours de travail, si nous ressentons un malaise, un sentiment de colère ou de frustration, prenons du recul en analysant les causes de ces ressentis, afin d’éviter de sortir du cadre.

Transformer les plaintes en demandes et travailler sur les émotions

Face à une personne qui endosse le rôle de victime, il importe de travailler à transformer ses plaintes en demandes. Face à une personne qui endosse le rôle de persécuteur, une stratégie sera de la faire parler sur ses émotions, mais aussi de la remercier de mettre les choses au clair et d’établir un contrat avec elle. Dans tous les cas, pour désamorcer un jeu psychologique, être conscient de notre porte d’entrée privilégiée selon le type de situation est essentiel, cela nous permettra de nous rendre compte du moment où nous sommes happés dans une telle spirale. Nous pouvons alors transformer le triangle dramatique en triangle positif.

MF - travailleuse sociale

[De la même autrice] :
- Travailleur social : (se) motiver au changement
- Le non-marchand, encore et toujours oublié de la crise
- Travailleur social : astuces pour mieux communiquer, malgré le masque
- "Être éducateur dans une société en crise"
- Le non-marchand, oublié du (dé)confinement
- Patients psychiatriques, détenus, personnel : les oubliés de la crise
- Coronavirus : travailleur social en télétravail ?
- Coronavirus : quand nos hôpitaux en sont réduits à mendier...
- Gare à la surenchère dans l’offre de services sociaux
- Toujours en burn-out malgré les vacances...
- Vivre un deuil au travail
- De l’injonction à la résilience chez le travailleur social
- Éducateur spécialisé, le parent pauvre
- L’hypnose, un formidable outil pour le travailleur social
- Travailler en réseau : bénéfices et difficultés
- Les travailleurs sociaux sont-ils tous sur un pied d’égalité ?
- Travailleur social : gérer la lassitude professionnelle



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus