Coronavirus : les infirmiers de rue continuent leur travail de terrain

Coronavirus: les infirmiers de rue continuent leur travail de terrain

Les patients de l’asbl « Infirmiers de rue » sont un public particulièrement vulnérable face au Coronavirus, du fait de leurs conditions de vie, des pathologies chroniques dont certains souffrent, de leur Í¢ge… Les travailleurs de l’association doivent donc faire le maximum pour qu’ils ne soient pas contaminés, et que, s’ils le sont, ils puissent être pris en charge correctement. Voici leur communiqué :

[DOSSIER]
- "Les SDF risquent de faire partie des oubliés de la crise sanitaire"
- SDF et Covid-19 : "Dans notre secteur, le télétravail n’est pas une option !"
- Charleroi : Le Rebond, Centre d’accueil de jour, reste ouvert

Le travail de rue se poursuit, mais en maintenant la distance sociale adéquate, et en informant nos patients et les autres personnes rencontrées en rue des dangers du Coronavirus et de la façon de s’en prémunir. Le but est d’assurer la prévention par une information correcte, une présence, et une surveillance médicale des personnes, en ces temps où l’espace public se vide de plus en plus.

Nous savons que les hôpitaux doivent être préservés, c’est pourquoi nous allons assurer, en collaboration avec les médecins généralistes, et sans surcharger ceux-ci, le suivi médical indispensable de tous nos patients, autant en rue qu’en logement. Surveillance, information, continuité des traitements, report de tout ce qui n’est pas urgent, gestion des urgences s’il y en a…sont nos objectifs prioritaires.

Il est essentiel que nos équipes puissent continuer d’assurer leur suivi au jour le jour. Pour diminuer au maximum leur risque de contamination, c’est toute l’association qui a changé son mode de fonctionnement.

Les services de support (administration, finances, logistique) sont passés en majeure partie en télétravail. Les équipes de terrain sont divisées, et travaillent de façon très indépendante, avec une partie du travail qui est fait du domicile (appels courrier, mails). Les réunions internes s’organisent en vidéoconférence.

Notre but est de contribuer à la maîtrise de l’épidémie et de soutenir nos patients en cette période difficile. Nous sommes conscients que nous devrons adapter notre travail à l’évolution de la situation sur le terrain.

Une conclusion que nous tirons déjà de cette expérience, est que maintenir une population à la marge, dans des conditions de vie dégradées et dégradantes, est un mauvais calcul et un facteur de risque pour n’importe quelle société. On peut sans doute mieux s’en apercevoir aujourd’hui.

Par contre, veiller à l’inclusion des personnes les plus vulnérables et isolées est un bon investissement !

ASBL Infirmiers de rue

[Sur le même sujet] :
- Soins de santé : voici les directives des syndicats et des employeurs
- Chronique d’un psy : "J’ai fermé mon cabinet pour le bien de la collectivité"
- Éducateurs, travailleurs sociaux… les oubliés de la crise sanitaire
- Travailleurs sociaux, entre envie de servir et inquiétude
- Caroline confectionne des masques en tissu pour les soignants
- L’inquiétude des étudiants infirmiers actuellement en stage
- "Ces pieds de nez, c’est à nous soignants sur la ligne de front que vous les faites"
- Coronavirus : voici les recommandations pour les psychomotriciens
- "Prendre soin du personnel de la santé et du social : une nécessité !"
- "Aujourd’hui, je suis Belgique, soignant et solidaire !"
- Coronavirus : "Les infirmiers et infirmières à domicile sont les grands oubliés !"
- Coronavirus : le gouvernement fédéral vient en aide aux indépendants
- Coronavirus : le personnel hospitalier se sent abandonné par les autorités
- Les ambulanciers menacés par la pénurie de masques FFP2
- Les kinés face au coronavirus : "C’est la débrouille absolue !"
- Coronavirus : les recommandations aux maisons de repos wallonnes
- Coronavirus : l’ONE adresse ses recommandations aux crèches et PSE
- Coronavirus : branle-bas de combat pour tous les hôpitaux
- Une maison de repos bruxelloise en quarantaine à cause du coronavirus
- Des guidelines créées par les infirmières à domicile
- Maisons de repos : le sous-effectif à l’épreuve du coronavirus…
- Crèches et coronavirus : les professionnelles sur le pied de guerre
- "Les SDF risquent de faire partie des oubliés de la crise sanitaire"
- "Terrassons le coronavirus et la marchandisation de la santé"
- Coronavirus : les recommandations de la Compsy aux psychologues
- Coronavirus : les Services d’Aide aux Familles et aux Aînés en 1ère ligne



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus