Covid-19 : les infirmiers à domicile ne doivent plus lire la carte eID

Covid-19: les infirmiers à domicile ne doivent plus lire la carte eID

Les infirmiers à domicile ne doivent actuellement plus lire la carte eID de leurs patients pour l’application du régime du tiers payant. L’emploi d’un lecteur de cartes ou d’autres types de matériel électronique chez différents patients pourrait en effet renforcer la propagation du virus.

« Le rôle des infirmiers à domicile est primordial pour les soins de première ligne. De nombreuses personnes à mobilité réduite ou non mobiles ne peuvent pas se passer de leur aide précieuse, d’autant plus dans la situation exceptionnelle à laquelle nous sommes confrontés. Nous supprimons temporairement l’obligation de vérifier la carte eID des patients afin de protéger au mieux les infirmiers à domicile et leurs patients. L’emploi de matériel tel qu’un lecteur de cartes pourrait en effet aider le virus à se propager davantage, ce que nous devons éviter autant que possible. L’INAMI examine aussi la possibilité de prendre d’autres mesures pour soutenir encore mieux nos prestataires de soins dans la lutte contre le Covid-19 », a déclaré Maggie De Block, ministre de la Santé publique.

Depuis le 1er octobre 2017, les infirmiers à domicile sont obligés de vérifier l’identité de leurs patients à l’aide de leur carte d’identité électronique. Cette obligation est valable en cas d’application du régime du tiers payant. Grâce à ce régime, l’infirmier à domicile impute directement à la mutualité les coûts à charge de l’assurance soins de santé et ce afin que le patient ne doive débourser que le ticket modérateur.

Remplir manuellement les données

Pour pouvoir lire une carte eID, il faut utiliser un lecteur de cartes ou un autre appareil comme une tablette. Étant donné que ce type de « supports » pourrait transmettre le virus à l’infirmier à domicile même et/ou à d’autres patients, l’INAMI assouplit cette règle. Les infirmiers à domicile peuvent temporairement remplir manuellement les données de leur patient lorsqu’ils appliquent le régime du tiers payant. Une circulaire vient d’être envoyée à tous les infirmiers à domicile.

Cette exception entre immédiatement en vigueur et restera valable tout au long de la crise du coronavirus. L’INAMI se chargera de prévenir bien à l’avance tous les infirmiers à domicile une fois que la procédure habituelle devra être à nouveau suivie.

20 euros par consultation téléphonique

L’INAMI examine actuellement quelles autres mesures il pourrait prendre pour soutenir nos prestataires de soins dans la lutte contre le Covid-19. Il a été décidé hier que les médecins percevront un honoraire de 20 euros par consultation téléphonique dans le cadre de la lutte contre le nouveau coronavirus.

[Sur le même sujet] :
- SDF et Covid-19 : "Dans notre secteur, le télétravail n’est pas une option !"
- Soins de santé : voici les directives des syndicats et des employeurs
- Chronique d’un psy : "J’ai fermé mon cabinet pour le bien de la collectivité"
- Éducateurs, travailleurs sociaux… les oubliés de la crise sanitaire
- Travailleurs sociaux, entre envie de servir et inquiétude
- Caroline confectionne des masques en tissu pour les soignants
- L’inquiétude des étudiants infirmiers actuellement en stage
- "Ces pieds de nez, c’est à nous soignants sur la ligne de front que vous les faites"
- Coronavirus : voici les recommandations pour les psychomotriciens
- "Prendre soin du personnel de la santé et du social : une nécessité !"
- "Aujourd’hui, je suis Belgique, soignant et solidaire !"
- Coronavirus : "Les infirmiers et infirmières à domicile sont les grands oubliés !"
- Coronavirus : le gouvernement fédéral vient en aide aux indépendants
- Coronavirus : le personnel hospitalier se sent abandonné par les autorités
- Les ambulanciers menacés par la pénurie de masques FFP2
- Les kinés face au coronavirus : "C’est la débrouille absolue !"
- Coronavirus : les recommandations aux maisons de repos wallonnes
- Coronavirus : l’ONE adresse ses recommandations aux crèches et PSE
- Coronavirus : branle-bas de combat pour tous les hôpitaux
- Une maison de repos bruxelloise en quarantaine à cause du coronavirus
- Des guidelines créées par les infirmières à domicile
- Maisons de repos : le sous-effectif à l’épreuve du coronavirus…
- Crèches et coronavirus : les professionnelles sur le pied de guerre
- "Les SDF risquent de faire partie des oubliés de la crise sanitaire"
- "Terrassons le coronavirus et la marchandisation de la santé"
- Coronavirus : les recommandations de la Compsy aux psychologues
- Coronavirus : les Services d’Aide aux Familles et aux Aînés en 1ère ligne



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus