"Le Non-Marchand bruxellois a besoin de plus qu'un applaudissement des citoyens à 20h"

Ce vendredi 20 mars 2020, le Gouvernement bruxellois a présenté les mesures économiques et sociales prises face à la pandémie du Coronavirus. BRUXEO, confédération intersectorielle et pluraliste des employeurs du secteur à profit social (non marchand) à Bruxelles, soutient toutes ces initiatives pour soutenir le secteur marchand durant cette période. Cependant, aujourd’hui, elle constate qu’aucune mesure spécifique n’a été prise pour le secteur non-marchand bruxellois.

Les entreprises à profit social (non-marchandes) répondent quotidiennement aux besoins sociétaux de la population pour faire face à un problème de santé, une difficulté pour trouver un emploi, un besoin d’accompagnement de personnes âgées, de personnes en situation de handicap, d’aide à la jeunesse, de garde d’enfant, etc. C’est pourquoi, la crise du COVID-19 impacte le secteur non-marchand plus fortement encore que les autres secteurs. Afin d’appliquer les mesures nécessaires, nous avons adapté et renforcé nos services auprès de tous les bénéficiaires. En effet, BRUXEO, confédération intersectorielle et pluraliste des employeurs du secteur à profit social (non marchand) à Bruxelles, s’adresse souvent à des populations particulièrement fragiles avec lesquelles il est important de maintenir un contact, en particulier durant une crise sanitaire.

Dans ce cadre, BRUXEO insiste pour qu’en bonne collaboration avec les autres entités fédérées des mesures soient prises rapidement pour soutenir les entreprises à profit social bruxelloises et leur permettre de faire face à :

- un surcroit d’activités et de dépenses : secteurs actifs dans la lutte contre la pandémie ;
- une perte de recettes : diminution de la contribution des usagers et diminution des commandes ;
- une diminution/fermeture des activités tout en maintenant les travailleurs à l’emploi et en évitant le recours au chômage temporaire (structure subsidiée).
Notre objectif est de répondre aux urgences tout en anticipant la sortie de crise afin que celle-ci soit facilitée aussi bien pour les structures à profit social que pour leurs usagers.

Le secteur a besoin d’un soutien supplémentaire

BRUXEO rappelle que si la situation sanitaire est tenable aujourd’hui, c’est notamment grâce au travail de première ligne des aides familiales, des infirmières à domiciles, des maisons médicales, des structures d’hébergement de personnes âgées, des structures d’accompagnement des sans-abris, des structures d’hébergement des personnes handicapées et d’aide à la jeunesse, du personnel médical et soignant des hôpitaux, etc. qui continuent au quotidien à répondre aux besoins sociétaux de la population. Si les pouvoirs publics ne leur apportent aucun soutien supplémentaire, la réalisation de leurs missions, dans un cadre efficace et professionnel, sera mise à mal.

"Nous avons aujourd’hui besoin que les décideurs politiques bruxellois apportent un soutien supplémentaire et immédiat aux demandes du secteur non marchand, à l’instar des mesures prises par le Gouvernement wallon qui ont permis de dégager plus de 100 millions d’euros pour le secteur", conclut BRUXEO. "A Bruxelles, le secteur non marchand mérite plus qu’un applaudissement des citoyens à 20h00 !"

[Sur le même sujet] :
- Psychomotricien confiné mais solidaire
- Coronavirus : "Non, la quarantaine n’est pas romantique pour tou.te.s !"
- Melissa, éducatrice, raconte son travail en temps de coronavirus
- Santé : le personnel a besoin de matériel de protection au plus vite !
- 115 millions d’euros pour aider les secteurs de la santé et du social
- Chronique d’un psy : "La vidéo-consultation en thérapie"
- Coronavirus : les indépendants font face au danger de la faillite
- SDF et Covid-19 : "Dans notre secteur, le télétravail n’est pas une option !"
- Soins de santé : voici les directives des syndicats et des employeurs
- Chronique d’un psy : "J’ai fermé mon cabinet pour le bien de la collectivité"
- Éducateurs, travailleurs sociaux… les oubliés de la crise sanitaire
- Travailleurs sociaux, entre envie de servir et inquiétude
- Caroline confectionne des masques en tissu pour les soignants
- L’inquiétude des étudiants infirmiers actuellement en stage
- "Ces pieds de nez, c’est à nous soignants sur la ligne de front que vous les faites"
- Coronavirus : voici les recommandations pour les psychomotriciens
- "Prendre soin du personnel de la santé et du social : une nécessité !"
- "Aujourd’hui, je suis Belgique, soignant et solidaire !"
- Coronavirus : "Les infirmiers et infirmières à domicile sont les grands oubliés !"
- Coronavirus : le personnel hospitalier se sent abandonné par les autorités
- Les kinés face au coronavirus : "C’est la débrouille absolue !"
- Maisons de repos : le sous-effectif à l’épreuve du coronavirus…
- Crèches et coronavirus : les professionnelles sur le pied de guerre
- "Les SDF risquent de faire partie des oubliés de la crise sanitaire"
- "Terrassons le coronavirus et la marchandisation de la santé"
- Coronavirus : les recommandations de la Compsy aux psychologues
- Coronavirus : les Services d’Aide aux Familles et aux Aînés en 1ère ligne



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus