115 millions d’euros pour aider les secteurs de la santé et du social

115 millions d'euros pour aider les secteurs de la santé et du social

La crise sanitaire exceptionnelle liée au Covid-19 que connait aujourd’hui la Belgique, et les mesures qui ont été prises à l’issue du Conseil National de Sécurité pour limiter la propagation du virus dans la population sont de nature à impacter la vie de tous les Wallons et Wallonnes. Par conséquent, le Gouvernement de Wallonie s’est réuni aujourd’hui afin de prendre une série de mesures destinées à alléger au maximum cet impact. Un fonds extraordinaire de solidarité de 350 millions a été constitué. 115 millions d’euros seront utilisés pour soutenir les secteurs de la santé et du social. Qui va toucher quoi ? Réponses !

Une enveloppe de 115 millions a été prévu afin de venir en aide aux secteurs de la santé, social et de l’emploi. Le Gouvernement de Wallonie a opté pour 3 formules d’aides qui seront déclinées et adaptées selon les secteurs :

- Les secteurs (principalement de la santé et les acteurs de première ligne) qui vont devoir assumer un surcroît d’activités. Ils recevront une enveloppe exceptionnelle de 75 millions d’euros.
- Les secteurs subsidiés qui vont être confrontés à une diminution de leurs activités voire à l’arrêt de celles-ci. Leurs subventionnements seront maintenus.
- Les secteurs qui perdront les recettes des bénéficiaires de leurs services. Une intervention forfaitaire complémentaire est prévue à hauteur de 5000 euros.

Le secteur de la santé et de l’aide à la personne sont en première ligne pour gérer la crise sanitaire et doivent absorber un surcroit d’activités considérables. Le gouvernement wallon a souhaité les soutenir financièrement à travers une enveloppe extraordinaire de 75 millions d’euros.

Hôpitaux : 56,55 millions pour 3 mois

En ligne direct et bien que relevant du fédéral au niveau des compétences, il est proposé d’octroyer au secteur hospitalier un montant global de 56,55 millions pour 3 mois. Cette aide exceptionnelle se déclinera en 3.000 € trimestriels, par lit agréé pour l’ensemble des hôpitaux régionaux, hors hôpitaux académiques (Fédération Wallonie-Bruxelles). Ce montant total permettra essentiellement de compenser des couts engendrés par l’achat de matériel, la désinfection des véhicules et unités de soins, l’ouverture d’unités d’hospitalisation séparées liées à l’afflux de patient, les coûts pour renforcer les équipes soignantes, les problèmes de trésorerie suite à la déprogrammation des activités "non urgentes", etc.

Maisons de repos : 250 € trimestriels, par lit

Des mesures spécifiques sont aussi prévues pour ce secteur qui compte en Wallonie 602 maisons de repos (et de soins), plus de 18 000 travailleurs et travailleuses et 60.000 résidents. Une aide totale de 12, 372 millions d’euros est prévue pour 3 mois, c’est-à-dire une aide exceptionnelle de 250 € trimestriels, par lit pour, l’ensemble des maisons de repos et de soins. Cette aide d’urgence couvrira notamment les coûts supplémentaires liés à l’achat de matériels supplémentaires, les aménagements des locaux liés aux mesures de protection et aux confinements de résidents Covid+, les charges salariales supplémentaires, la désinfection et le traitement des déchets, etc.

Action sociale : 1.000.000 € pour engager du personnel

Les personnes en grande précarité et celles sans-abri représentent une population particulièrement vulnérable dans la gestion de la crise du Covid-19. Aujourd’hui, les structures d’hébergement, comme les abris de nuit, et d’accueil qui prennent en charge ces personnes rencontrent de multiples difficultés spécifiques dont celle de l’absence d’une infrastructure adéquate permettant le confinement, pourtant prescrit sur le plan médical. De nombreuses structures ferment leurs portes, faute de personnel sans qu’une alternative d’accueil ne soit organisée pour ces personnes particulièrement précarisées. Le Gouvernement a dès lors décidé de solliciter les Gouverneurs afin qu’ils prennent les mesures nécessaires à l’échelle provinciale pour organiser un accueil alternatif présentant les garanties sanitaires imposées par la gestion de l’épidémie de Covid 19. Ces mesures seront prises en concertation avec les Bourgmestres, les Présidents de CPAS, les structures locales d’aide ou d’hébergement et la Croix-Rouge.

Les structures qui sont concernées en Wallonie sont essentiellement les suivantes :
- Les 12 Abris de nuit
- Les 57 Maisons d’accueil
- Les 15 Maisons de vie communautaire
- Les 7 Relais Sociaux et dont les relais santé (dont l’accueil de jour)

Par ailleurs, une enveloppe de 1.000.000 € pour 3 mois sera dégagée pour permettre l’engagement de personnel temporaire et additionnel en fonction des besoins et des réalités locales (palier aux équipes réduites, renforcer les maraudes auprès des sans-abri, distribuer des colis alimentaires, suivi minimum des personnes confinées, organiser l’accueil alternatif, etc.).

Handicap : 668.000€ pour 3 mois

La plupart des services du secteur du handicap sont aujourd’hui confrontés à des taux d’absentéisme estimés entre 10 et 15 % avec « salaire garanti » et obligation de rappeler du personnel en congé ou de procéder à des embauches. Il va donc y avoir des surcoûts pour les services qui, à ce stade, est estimé ce à + 5 % de sa subvention de base pendant la période concernée. Sur cette base, le gouvernement wallon a donc décidé d’octroyer une aide de 668.000€ pour 3 mois.

Maintien des subventions pour les secteurs confrontés à une diminution de leurs activités, voire à l’arrêt de celles-ci

Tous les secteurs subsidiés au prorata de leurs activités par la Wallonie en Santé, Action sociale, Emploi, Formation…et impactés par cette crise sanitaire verront leurs subventionnements maintenus ! Cette mesure vise à préserver l’emploi en évitant que la baisse des activités conduise à la perte des financements régionaux. Pour déterminer les montants octroyés, nous calculerons le montant des subventions régionales sur base des activités de l’année n-1 ou du mois de février si les chiffres sont disponibles. Le bénéfice de cette mesure suppose donc que les employeurs renoncent à mettre leur personnel au chômage temporaire (une exception est faite pour les hôpitaux dont le fonctionnement est financé par le fédéral).

Différents secteurs santé mais aussi de la formation socio-professionnelle sont concernés comme les hôpitaux, les services d’aide et de soins à domicile, les services de santé mentale, les maisons des soins psychiatriques, les services d’aides en assuétude, les planning familiaux mais aussi les Centres d’insertion socio-professionnels, les Missions régionales pour l’emploi, etc. En ce qui concerne le secteur des titres-services qui est aussi directement impacté par cette crise sanitaire, un financement complémentaire de 23 millions d’euros va leur être octroyé en plus des montants annuels de la région qui s’élèvent à 448.500.000 millions d’euros.

Les risques encourus par les travailleur-euse-s du secteur comme pour leurs clients sont par ailleurs plus élevés que dans la plupart des autres secteurs. Plus d’un tiers des utilisateurs, soit plus de 100.000 utilisateurs, ont plus de 65 ans et les effets d’une propagation du virus sur ces derniers, par les travailleur-euse-s, seraient extrêmement graves. A cet égard, nous continuerons donc nos discussions avec le fédéral pour interroger l’opportunité de maintenir en activité des entreprises de titres-services pour des raisons sanitaires.

Interventions forfaitaires pour compenser la perte de recettes

Certaines structures en emploi, formation et dans le secteur santé vont être impactées par la chute des recettes provenant de la diminution de la quote-part financière des bénéficiaires de leurs prestations. C’est la raison pour laquelle, le gouvernement va leur octroyer un montant forfaitaire de 5.000 euros par entreprise, pour une durée de 3 mois. Cela représente un montant total de 17.025.000 millions d’euros. A titre d’exemples, sont notamment concernés ; les services d’aide aux familles, les centres d’accueil de jour, les services de santé mentale, les entreprises de travail adapté, les entreprises de titres-services, les entreprises d’insertion, les Ressourceries agréées, les centres d’insertion socio-professionnels, les entreprises de travail adaptées, la Promotion de la santé…

[Sur le même sujet] :
- Coronavirus : les indépendants font face au danger de la faillite
- SDF et Covid-19 : "Dans notre secteur, le télétravail n’est pas une option !"
- Soins de santé : voici les directives des syndicats et des employeurs
- Chronique d’un psy : "J’ai fermé mon cabinet pour le bien de la collectivité"
- Éducateurs, travailleurs sociaux… les oubliés de la crise sanitaire
- Travailleurs sociaux, entre envie de servir et inquiétude
- Caroline confectionne des masques en tissu pour les soignants
- L’inquiétude des étudiants infirmiers actuellement en stage
- "Ces pieds de nez, c’est à nous soignants sur la ligne de front que vous les faites"
- Coronavirus : voici les recommandations pour les psychomotriciens
- "Prendre soin du personnel de la santé et du social : une nécessité !"
- "Aujourd’hui, je suis Belgique, soignant et solidaire !"
- Coronavirus : "Les infirmiers et infirmières à domicile sont les grands oubliés !"
- Coronavirus : le personnel hospitalier se sent abandonné par les autorités
- Les ambulanciers menacés par la pénurie de masques FFP2
- Les kinés face au coronavirus : "C’est la débrouille absolue !"
- Coronavirus : les recommandations aux maisons de repos wallonnes
- Coronavirus : l’ONE adresse ses recommandations aux crèches et PSE
- Coronavirus : branle-bas de combat pour tous les hôpitaux
- Une maison de repos bruxelloise en quarantaine à cause du coronavirus
- Des guidelines créées par les infirmières à domicile
- Maisons de repos : le sous-effectif à l’épreuve du coronavirus…
- Crèches et coronavirus : les professionnelles sur le pied de guerre
- "Les SDF risquent de faire partie des oubliés de la crise sanitaire"
- "Terrassons le coronavirus et la marchandisation de la santé"
- Coronavirus : les recommandations de la Compsy aux psychologues
- Coronavirus : les Services d’Aide aux Familles et aux Aînés en 1ère ligne



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus