La FWB s'engage en faveur du droit à l'IVG

La FWB s'engage en faveur du droit à l'IVG

Isabelle Simonis et Rudy Demotte lancent la Déclaration de Bruxelles, un texte d’engagement politique en faveur du droit à l’IVG en Europe. Cet évènement a eu lieu vendredi dernier lors du Forum international « D’une seule voix pour le droit à l’avortement », qui s’est tenu à Bruxelles.

Depuis plusieurs mois, la dépénalisation de l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) est au centre des préoccupations politiques en Belgique. Les débats ont été repoussés plusieurs fois. Finalement ces auditions ont eu lieu au Parlement fédéral, au mois de mai. Résultat : une quinzaine d’experts ont plaidé favorablement à la dépénalisation de l’IVG. Vendredi dernier, un pas de plus a été fait dans ce sens. Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, et la ministre des Droits des femmes, Isabelle Simonis, ont lancé et signé en clôture du Forum international « D’une seule voix pour le droit à l’avortement », la Déclaration de Bruxelles : un texte d’engagement politique en faveur du droit à l’interruption volontaire de grossesse en Europe.

[DOSSIER]

- La dépénalisation de l’IVG reste au centre des débats
- Proposition de loi sur l’IVG, la FLCPF s’exprime !
- Pourquoi le projet de loi sur l’IVG continue de diviser ?
- IVG : un avis favorable des experts pour la dépénalisation
- Un projet de loi pour sortir l’IVG du Code Pénal belge
- Les débats sur la loi IVG sont ouverts
- A quand un vrai débat sur l’IVG ?
- La situation sur l’IVG est bloquée en Belgique
- Faut-il sortir l’IVG du Code Pénal ?

Vers un accès légal à l’IVG…

La Déclaration de Bruxelles peut être consultée et signée via le site www.droitavortement.com. Elle liste une série de revendications à porter à l’attention des autorités nationales, européennes, voire internationales, pour l’instauration du droit à une maternité librement consentie et un accès légal à l’IVG pour toutes les femmes.

« La liberté de choix et d’autodétermination des femmes, qui sous-tend le droit à l’interruption volontaire de grossesse, demeure la cible privilégiée, de manière frontale ou plus insidieuse, d’un conservatisme d’un autre âge. Malgré les signaux positifs et encourageants issus ces dernières semaines d’Irlande et d’Argentine, le droit à l’avortement demeure fébrile et loin d’être », soulignent Isabelle Simonis et Rudy Demotte dans un communiqué.

La Déclaration appelle notamment :

- au retrait de l’interruption volontaire de grossesse du Code pénal ou d’instruction criminelle des États,
- à la prise en considération de l’IVG en tant qu’acte médical relevant du domaine de la santé,
- à la suppression de la clause de conscience et à un accès sans entrave à l’information sur les droits en matière de santé reproductive et sexuelle.

- [A lire] : La dépénalisation de l’IVG, le sujet qui fâche ?

Le Forum : un premier pas d’un grand mouvement citoyen

« En signant la Déclaration, chacun, où qu’il soit et qui qu’il soit, peut agir concrètement en portant la voix des femmes jusqu’aux plus hautes strates, notamment pour peser sur l’agenda européen. Le Forum n’est que le premier pas d’un grand mouvement citoyen et politique jusqu’aux élections de 2019 ! », insistent les deux ministres.

Ce Forum international, une journée intense de débats organisée à l’initiative des deux Ministres, a réuni un large panel d’intervenants et intervenantes issus d’Europe et de la Francophonie (Belgique, Italie, Espagne, Pologne, Irlande, Grande-Bretagne, Allemagne, France, Gabon, Haïti, Maroc, Tunisie,…).

Après un état des lieux de l’avortement en et hors Europe, les discussions ont porté sur les entraves et résistances à l’IVG ainsi que sur les leviers facilitant l’accès à l’avortement au niveau local, avant de réunir lors d’une table-ronde plusieurs députées européennes sur les recommandations et engagements politiques autour de ce droit fondamental.

- [A lire] : La situation de l’IVG en Belgique est bloquée

Un appel pour faire primer les droits des femmes

Pour Isabelle Simonis et Rudy Demotte, la dynamique et les liens créés par le Forum « représentent une opportunité d’échanges et de développement d’une large action face à l’enjeu primordial que représente l’accès légal et médicalisé à l’interruption volontaire de grossesse ».

Enfin, les deux Ministres ont profité de la tribune qui leur était donnée lors de cette journée pour se prononcer sur le débat actuel relatif la dépénalisation de l’interruption volontaire de grossesse en Belgique. A cet égard, ils ont appelé les représentants et représentantes politiques qui siègent au Parlement fédéral à faire primer le droit fondamental des femmes à la santé et à leur auto-détermination, sur les clivages et les intérêts partisans.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus