Le bulletin social : "Quand Maggie nous interdit de danser"

Le bulletin social:

Alors que la vaccination des premières lignes de soins de santé s’active en Belgique, T. Persons revient sur un tweet polémique de notre ancienne Ministre Maggie De Block qui, face à une psychiatre qui se réjouissait de l’arrivée des vaccins, s’est fendu d’un commentaire lapidaire, renvoyant que les médecins étaient vaccinés en priorité pour aider leurs patients et non pour danser.

« Maman disait toujours : n’est stupide que la stupidité. »

F. Gump (1994)

Oh ! Mais qui revoilà ? Avec son air de ne pas y toucher, à mettre les pieds dans le plat, tout en brandissant incessamment la carte de la limite de sa compréhension du français, alors qu’elle le pige très bien, trop bien même, tellement bien qu’elle a la capacité de vous comprendre avant de vous avoir entendu. De fait, si elle ne nous avait pas causé autant de tort, elle nous aurait presque manqué, mais non ! Telle la grippe saisonnière, la mode du legging ou le nouvel album de Florent Pagny, elle revient sans cesse et avec une inconstance à faire frémir un métronome. Elle est in-sai-si-sable, elle est de retour, et ça va chier !

En effet, les professionnels de la santé n’ont pas à se réjouir de leur vaccination, selon Maggie. Un médecin, ça soigne, ça ne danse pas. À peine, ça respire. Tout au plus, à la fin de la journée, on le range dans un box, on lui donne un peu de pain, un peu d’eau, un peu de sommeil. Il n’a pas à se plaindre, il est payé, le fainéant ! Il faut des soins de santé efficients, et pas des guignols qui vont montrer leur allégresse, leurs émotions, leur joie de vivre, en soi. Non, non, non. Un professionnel de la santé, ça ne peut pas se réjouir, dixit Maggie. Ça doit être humble, digne de sa fonction, reconnaissant d’avoir le privilège d’être vacciné en priorité. Bref, un professionnel de la santé, quand ça vit, Maggie, ça la dérange…

Parce que la santé, elle en a marre...

Vous me direz, mais finalement pourquoi en aurait-on quelque chose à faire de l’avis de Maggie ? Après tout, Maggie n’est plus aux manettes. Elle n’a plus aucun pouvoir, il n’y a plus rien à rationner, à budgéter, à détruire ou à dénigrer. Tout au plus, est-elle une observatrice éloignée du spectacle qu’elle a initié, à l’instar de l’abruti qui a bouté le feu à la forêt avec son mégot de cigarette et qui, inconscient, regarde au loin les arbres brûler sans se rendre compte qu’il en est responsable. A-t-elle la capacité de remettre en question les conséquences de ses actes ? Non ! Sera-t-elle un jour punie ? Non ! En qualité d’acteurs de terrain, peut-on y faire quelque chose ? Malheureusement, non.. Alors, pourquoi ne peut-on pas laisser pisser ?

Répondre à cette question est fondamental. Renvoyer à un professionnel de la santé qu’il ferait mieux de se taire et de bosser plutôt que de se réjouir et de danser, c’est indécent, qui que l’on soit. Parce que la santé, elle en a marre, elle est épuisée, à bout de souffle et qu’elle aimerait bien se réjouir, à un moment donné. Par contre, cette indécence touche à son paroxysme quand la personne qui en parle incarne ce qui fait que tout déconne dans notre système de soins. Dans le cas présent, Maggie, on se tait, on se terre, on se fait toute petite et on fait semblant de ne pas comprendre le français.

Alors, en conclusion, réjouissons-nous. Pour au moins deux raisons : certes la situation reste critique et nous sommes à genoux, mais les vaccins arrivent et Maggie De Block n’est responsable que de son compte Twitter et plus de la santé, et rien que ça, personnellement, ça me donne envie de danser.

T. Persons

[Les autres bulletins sociaux]
- "Magouille et copinage : quid de la santé ?"
- "Lettre ouverte aux étudiants"
- "Négociations pour le non-marchand : une définition de l’immobilisme"
- "La saturation des hôpitaux : quand le politique va droit dans le mur"
- "Laissez mon cash tranquille !"
- "Portrait du nouveau Ministre de la Santé"
- "À propos d’égalité à l’accès aux soins de santé"
- "Manifestation pour la santé : et maintenant ?"
- "La magie scientifique au secours des politiques"
- "Dites, il est où le changement ?"
- "Quand Bruxelles vient en aide aux professions libérales..."
- "Laissons crever nos vieux"
- "Petit recueil de fraudes à l’usage des vils indépendants"
- "Ode à Marie-Christine Marghem"



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus