Travail social : déceler un manipulateur et s'en protéger

Travail social : déceler un manipulateur et s'en protéger

La manipulation en tant que telle est plutôt rare, de même que les réels manipulateurs. La plupart du temps, nous sommes confrontés à des jeux psychologiques inconscients, qui font souffrir autant celui qui l’initie que celui qui y est happé. Par contre, la manipulation, quant à elle, est consciente, et a pour but de profiter à son initiateur, quitte à mettre l’autre à genoux. Il va s’agir de comportements, ou plutôt de stratégies comportementales, mais aussi relationnelles et psychologiques qui n’ont qu’un seul but : bénéficier à leur auteur.

- [Sur le même sujet] : Travail social : petites et grandes manipulations

Déceler un manipulateur est donc essentiel, de manière à pouvoir déjouer ses stratégies et nous en protéger. Dans son livre « Les manipulateurs sont parmi nous », Isabelle Nazare-Aga a énoncé une série de critères qui permettent de déceler un manipulateur. En sachant que son propre bénéfice étant la seule chose importante à ses yeux, tenter d’amener un manipulateur à faire preuve d’empathie pour l’autre peut être une stratégie dangereuse et épuisante. Mieux vaut se soustraire à son jeu afin de se préserver de son influence.

Communication volontairement floue et fuyante

En termes de communication, un manipulateur ne communique pas clairement, que ce soient ses demandes, ses besoins, mais aussi ses sentiments et opinions. Il répond également de manière très floue, voire fait passer ses messages par autrui. Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments exprimés selon les personnes ou les situations. Parfois même, il change carrément de sujet au cours d’une conversation, il évite, s’échappe de l’entretien ou de la réunion. Il esquive, ment, ignore les questions.

Culpabiliser, faire douter, critiquer sans en avoir l’air

Un manipulateur culpabilise les autres au nom du lien familial, de l’amitié, de l’amour, ou encore de la conscience professionnelle. Il reporte ses responsabilités sur les autres, ou s’en démet carrément. Il fait croire aux autres qu’ils doivent être parfaits, qu’ils n’ont pas droit à l’erreur, doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes. Il met en doute les qualités, les compétences, la personnalité des autres. Il critique sans en avoir l’air, dévalorise et juge. Il sème la zizanie, crée la suspicion, divise pour mieux régner, prêche le faux pour savoir le vrai.

Menaces déguisées

Un manipulateur sait se placer en victime pour être plaint, il menace de façon déguisée ou pratique un chantage ouvert, mais sans laisser de trace. Il mise sur l’ignorance des autres et fait croire en sa propre supériorité. Il va ignorer certaines demandes, tout en prétendant s’en occuper, il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses propres besoins, il est égocentrique. Il ne supporte pas la critique et nie les évidences. Il peut être jaloux.

Sentiment de malaise

Un manipulateur ne tient pas compte des droits, besoins et désirs des autres. Son discours peut paraître logique, mais ses attitudes répondent au schéma opposé, semant ainsi la confusion. Il prétendra alors que vous n’avez pas compris. Il formule ses demandes au dernier moment, procure un sentiment de malaise ou de non-liberté, fait faire des choses que l’autre n’aurait probablement pas faites de son propre gré. Il passe soudainement de la critique aux flatteries et peut se montrer parfaitement charmant lorsqu’il désire plaire. Un manipulateur fait également constamment l’objet de conversations, même lorsqu’il n’est pas là.

Se protéger de ce type de personnes

Travailler avec, ou pour, un manipulateur peut être un véritable calvaire, menant bien souvent à l’épuisement professionnel, mais aussi à une réelle souffrance psychologique, tant les impacts de ses actions peuvent être profonds. Mieux vaut éviter d’essayer de les aider à prendre conscience de leurs dérives. D’une part, ce n’est pas notre rôle, et d’autre part, ce ne serait sans doute pas efficace. Prendre conscience du type de personnalité en présence de qui nous sommes et mettre en place des stratégies de protection, lui montrer que ses comportements n’ont pas de prise sur nous, être prudent et méfiant restent une approche écologique et sécurisée, si la fuite n’est pas envisageable. En effet, un manipulateur ne s’acharnera pas sur une personne qui ne lui offre pas de prise.

MF - travailleuse sociale

[De la même autrice] :
- Travailleur social : (se) motiver au changement
- Le non-marchand, encore et toujours oublié de la crise
- Travailleur social : astuces pour mieux communiquer, malgré le masque
- "Être éducateur dans une société en crise"
- Le non-marchand, oublié du (dé)confinement
- Patients psychiatriques, détenus, personnel : les oubliés de la crise
- Coronavirus : travailleur social en télétravail ?
- Coronavirus : quand nos hôpitaux en sont réduits à mendier...
- Gare à la surenchère dans l’offre de services sociaux
- Toujours en burn-out malgré les vacances...
- Vivre un deuil au travail
- De l’injonction à la résilience chez le travailleur social
- Éducateur spécialisé, le parent pauvre
- L’hypnose, un formidable outil pour le travailleur social
- Travailler en réseau : bénéfices et difficultés
- Les travailleurs sociaux sont-ils tous sur un pied d’égalité ?
- Travailleur social : gérer la lassitude professionnelle



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus