Le bulletin social : "Bref, je me suis fait vacciner"

Le bulletin social:

À Bruxelles, la vaccination des premières lignes de soins de santé est en route, mais ne rencontre pas un franc succès… T. Persons revient sur les raisons de cette frilosité en postulant quelques hypothèses de son cru…

« Lorsque deux forces sont jointes, leur efficacité est double. »

I. Newton

Ça y est ! Une première dose injectée et tel un politique face à son coiffeur, solennel, important, je faisais le tour des réseaux sociaux, fanfaronnant au son de notre future liberté. On avance et sans effet secondaire, pardi ! Enfin, presque. Il faut dire, depuis samedi, il m’est apparu un sentiment que je ne peux délier de ma vaccination : une gêne, une contrariété, un spasme, quelque chose de l’ordre du tourment qui squatte mes pensées sans y être franchement invité, un peu comme une chanson d’Indochine. De fait, en bon Bruxellois, j’ai dévalé les kilomètres du Palais 1 jusqu’à atteindre le sésame : la piqûre, suivie d’une attente de trente minutes et j’ai dû le constater, si le centre de vaccination devait être une plage, on se rapprocherait plus de la baie de Dixcart que de Blankenberge. En d’autres termes, il n’y avait pas foule pour un samedi…

Du coup, je me suis interrogé. D’un côté, il y a des élus politiques bruxellois qui, dans leur communication, la bouche en cœur, l’air grave sur une musique empruntée à la fin d’un épisode de Grey’s Anatomy, s’autocongratulent de l’accélération de la vaccination. De l’autre côté, il y a un constat : 25% des soignants ont répondu à l’appel. C’est peu. C’est con. C’est dramatique. Dans un premier temps, je me suis dit, peut-être que les gens n’ont pas le temps ? Il faut dire, les soignants en semaine et le samedi en journée, ça soigne. Peut-être faudrait-il organiser les choses autrement ? Alors, niveau organisation, ça me connait. J’ai déjà géré deux déménagements et le déroulement d’un enterrement de vie de garçon. Bref, je suis l’homme de la situation, non ?

Faisons ça, chef !

Ce que je propose, c’est donc d’abord de vacciner en continu, le soir, le week-end. Non, mais non, me direz-vous, on n’a pas le personnel ! Ah, mais oui. Il faut des gens pour piquer dans les grands centres. Puis, faut les payer décemment. On ne peut pas compter non plus sur le bénévolat pour faire tourner la baraque. Ce serait indécent. Bon… On peut peut-être laisser tomber les grand centres et faire appel aux médecins traitants, aux pharmaciens ? Agissons de manière locale. Non, mais non, c’est compliqué. Il faut des frigos, puis ces gens-là ont autre chose à foutre. Ah, donc si je comprends bien, c’est une question d’argent ? Non, pas vraiment. C’est plus une question de disponibilité. On a la thune pour aménager des Palais, mettre de la déco et de la musique jazz, mais on manque cruellement de soignants. Ils n’ont déjà pas le temps de se faire vacciner, imaginez-les faire des heures supplémentaires. Donc, on fait quoi ? On fait des photos quand les chaises sont à moitié pleine et on dit que le rythme s’accélère, tout en gardant la même vision, sans se remettre en question ? Sans se dire que la santé a été à un tel point négligée ces décennies qu’à l’heure actuelle, trouver des ressources, c’est quasi impossible ? Faisons ça, chef !

Bon, clairement, je n’ai pas les compétences pour résoudre cette équation bruxelloise complexe et je n’ai pas la prétention de dire que celui qui doit gérer cette histoire est moins compétent que moi. Soit il l’est plus, mais est entouré de la 7ème Compagnie et des chevaliers de la table ronde de Kaamelott, soit il s’entête et préfère regarder ailleurs en se persuadant qu’à l’heure actuelle, tout va bien. Bref, j’ai été vacciné, mais les effets secondaires ne sont pas ceux escomptés…

T. Persons

[Les autres bulletins sociaux]
- "Quand Maggie nous interdit de danser"
- "Magouille et copinage : quid de la santé ?"
- "Lettre ouverte aux étudiants"
- "Négociations pour le non-marchand : une définition de l’immobilisme"
- "La saturation des hôpitaux : quand le politique va droit dans le mur"
- "Laissez mon cash tranquille !"
- "Portrait du nouveau Ministre de la Santé"
- "À propos d’égalité à l’accès aux soins de santé"
- "Manifestation pour la santé : et maintenant ?"
- "La magie scientifique au secours des politiques"
- "Dites, il est où le changement ?"
- "Quand Bruxelles vient en aide aux professions libérales..."
- "Laissons crever nos vieux"
- "Petit recueil de fraudes à l’usage des vils indépendants"
- "Ode à Marie-Christine Marghem"



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus