Le bulletin social : "Le cri du cœur de la santé"

24/06/21
Le bulletin social:

À l’heure où de nombreuses actions de grève sont menées dans le secteur des soins de santé, T. Persons fait le point sur les raisons de cette grogne.

« L’amour ne cogne que le cœur. »

C. Luciani

Cette semaine, j’ai envie de vous parler d’une histoire d’amour. Pas de celle que l’on retrouve dans les feuilletons de l’été sur TF1. Non ! Des vraies, des langoureuses, des passionnées ! Des récits qui se terminent dans les larmes, le sang ou éventuellement, si Richard Curtis est à la manœuvre, dans le bonheur d’un happy end qui n’existe que dans les rues bourgeoises de Londres. De fait, là où d’autres constatent de la grogne, du mécontentement dans les revendications chez les acteurs de la santé, moi, j’y vois des attentes, une volonté d’exister dans les yeux de l’autre, de filer la parfaite harmonie et de marcher main dans la main pour se bécoter à n’en plus finir.

Oui, la santé, c’est hot ! Cela fait plus de 20 ans, au moins, que l’on s’aime et que l’on se déchire avec le politique, à coup de restrictions ou de reconnaissance. Un jour on vous applaudit, l’autre jour on vous traite de feignasse. Un instant fugace, on dit à demi-mot qu’il s’agit de métiers pénibles, on comprend votre désarroi et puis sans y compter, on vous coupe le sifflet à coup de barème IFIC. L’amour vache, quoi ! Le vrai, l’unique, le malsain, celui qui déshumanise, qui vous laisse seul à vous sentir plus sale qu’une chemise de Depardieu après le repas et qui vous donne l’envie de noyer votre détresse dans un pot de glace, avachi dans votre petit canapé. Bref, le secteur de la santé est en couple depuis belle lurette avec des personnes toxiques.

Il y urgence Frankie, on n’en peut plus !

On ne va pas revenir sur les années Maggie qui, en plus de nous dénigrer, nous a coupé les vivres tout en nous imposant son contrôle incessant. Finies les jupes et les franges ! À partir de maintenant, on s’habille comme une nonne, on se tait, on est poli, bien gentil comme il faut et on file droit, sinon, c’est le ghosting. Vous me direz, oui, mais tout cela, c’est derrière nous. Avec la crise est venu le temps de Frankie. Il est différent, lui. Et puis, on l’aime avec son petit sourire discret à la Hugh Grant remodelé en prof d’économie tout de tweed vêtu. Avec Vandenbroucke, c’est la passion, il sait ce qu’il fait quand il vous regarde de ses yeux condescendants et dit : « Vas-y, bébé, tiens la moula, tu t’achètes une IRM ou des soins de santé mentale décents, c’est bibi qui paye ». Des promesses, des mots tendres enrobés de douceur, de la délicatesse, de la considération ! Enfin ! Oui, sauf que les préliminaires durent trois plombes et que rien n’avance. Alors le doute s’installe. Oui, il nous aime. Soit, comme dans un film de Verhoeven, on se laisse aller, on se caresse, on se fait plaisir tout en se disant qu’à un moment ou à un autre, on verra venir le pic à glace . Sauf qu’il n’y a rien. Pas de trahison, pas de changement. Rien, nada, walou. Alors, du coup, on grogne.

En conclusion, Frankie, on t’aime profondément mais on sort de relations compliquées, on a tendance à être méfiant – à juste titre – et toi, tu nous fais le coup du « j’ai beaucoup de travail pour le moment avec la crise ». Il y urgence Frankie, on n’en peut plus ! Alors, plus que des paroles que l’on sème au vent, on veut du concret, parce que les politiques passent dans notre vie en laissant une trace indélébile, lacérant nos cœurs meurtris, réduisant nos professions à quelque chose qui n’est plus du soin. Sois vaillant ! En attendant, ta dulcinée t’attend dans la rue. Tu nous reconnaitras surement, on compte faire beaucoup du bruit.

T. Persons

[Les autres bulletins sociaux]
- Le bulletin social : "À propos de la Boum…"
- "Bref, je me suis fait vacciner"
- "Quand Maggie nous interdit de danser"
- "Magouille et copinage : quid de la santé ?"
- "Lettre ouverte aux étudiants"
- "Négociations pour le non-marchand : une définition de l’immobilisme"
- "La saturation des hôpitaux : quand le politique va droit dans le mur"
- "Laissez mon cash tranquille !"
- "Portrait du nouveau Ministre de la Santé"
- "À propos d’égalité à l’accès aux soins de santé"
- "Manifestation pour la santé : et maintenant ?"
- "La magie scientifique au secours des politiques"
- "Dites, il est où le changement ?"
- "Quand Bruxelles vient en aide aux professions libérales..."
- "Laissons crever nos vieux"
- "Petit recueil de fraudes à l’usage des vils indépendants"
- "Ode à Marie-Christine Marghem"



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus