Les formidables ressources des travailleurs sociaux

09/06/22
Les formidables ressources des travailleurs sociaux

On n’en parle pas souvent, et c’est bien dommage. Travailler dans le social, c’est, certes, être un professionnel formé et outillé, et c’est déjà pas mal, mais c’est aussi, et surtout, à mesure que les années d’expérience s’accumulent, développer une multitude de compétences et de ressources insoupçonnées et précieuses.

Je ne vais pas parler ici d’empathie, de capacité d’écoute, de techniques de conduite d’entretien, de capacité d’organisation ou encore de gestion du stress et de l’agressivité, parce que ça, ça fait un peu partie du package de base. À des niveaux différents selon les personnes, mais on connaît et on s’attend à en entendre parler. Je vais plutôt vous parler justement de ces ressources que l’on a, mais que l’on ignore bien souvent.

La créativité

Quand on parle de créativité, on pense souvent à cette forme plus artistique qui se dévoile lors d’ateliers ou d’activités. Et là, certains diront qu’ils ne sont pas créatifs. Sauf que … Travailler avec des êtres humains fragilisés nous fait forcément développer une certaine forme de créativité. Ne fut-ce que parce qu’il faut trouver des moyens d’aller rejoindre ces personnes là où elles sont. Aussi bien dans leur maîtrise du langage, dans leur compréhension du monde que dans leur (mé)connaissance des problématiques vécues. Et c’est bien souvent un travail intense, qui repousse nos limites et nous force à nous réinventer en permanence ! Donc faire un travail qui consiste à 90% en suivis individuels nécessite aussi une bonne dose de créativité.

La capacité d’adaptation

Celle qui nous fait réagir en un quart de tour quand une personne s’effondre en larmes devant nous ou qu’une activité dégénère complètement, ou encore quand un projet prend une toute autre tournure que celle prévue … Celle qui nous fait réinventer notre travail quotidien en permanence, car la réalité de la vie évolue à 200 km / heure. Celle qui nous permet de changer d’emploi sans perdre le nord, ou encore de passer du collectif à l’individuel en une même journée.

L’humilité

Travailler avec des êtres humains fragilisés, c’est apprendre que rien n’est acquis et que demain on peut très bien se retrouver à leur place. C’est aussi apprendre qu’on n’apprend pas tout à l’école, loin de là, qu’il y a les théories et la vraie vie, que les experts de leurs situations, ce sont les personnes qui les vivent et que nous ne sommes là que pour les accompagner, modestement, sur une partie de leur chemin et que non, nous ne savons pas.

La résilience

J’avais dit que je ne tomberai pas dans les évidences … Mais je trouve qu’on n’en parle pas assez. La résilience est une ressource énorme chez les travailleurs sociaux. C’est cette petite voix qui nous dit « Je réessaierai demain » après avoir passé une journée au mieux chaotique. C’est cette capacité à croire que le meilleur reste à venir. Et si c’est aussi fort qu’un chêne, c’est également aussi fragile qu’une aile de papillon.

Le courage

On ne va pas se mentir, il en faut pour rester dans le social, pour ne pas s’épuiser, pour croire que le meilleur reste justement à venir et que malgré toutes les dérives sociétales et institutionnelles on peut encore essayer de faire quelque chose de bien autour de nous. Le courage ce n’est pas toujours de partir en guerre, c’est aussi oser pousser la porte de son bureau après y avoir vécu une agression et sans avoir reçu de soutien psychologique.

Je vous rassure, on est très loin d’avoir fait le tour de toutes nos merveilleuses ressources ! D’ailleurs, qu’est-ce qui, selon vous, fait partie de toutes ces ressources insoupçonnées que nous avons, nous, travailleurs sociaux ?

MF - travailleuse sociale

Découvrez les autres textes de l’autrice

 Ces clichés qui collent à la peau des travailleurs sociaux !
 Travail social : entretenir ses ressources et prendre soin de soi
 Travail social : le syndrome de l’imposteur
 Ce que j’aurais aimé qu’on me dise lorsque j’ai commencé à travailler dans le social
 Travailleurs sociaux indépendants : vers un système social à deux vitesses ?
 Peut-on soigner en ne prenant pas soin de soi ?
 Rémunération : travailleur social, combien tu vaux ?
 Quand l’entretien d’embauche en dit long sur l’employeur
 Travail social : comment "gérer" son chef ?
 Viva for Life, entre cirque médiatique et charité mal placée
 Quand nos aînés sont laissés au bord de la route...
 Gestion d’un projet en travail social : les erreurs à bannir !
 Travailleurs sociaux : réunion d’équipe, les erreurs à ne pas commettre
 Travailleur social : comment démotiver un collègue compétent et investi
 Travailleur social : comment démotiver un collaborateur compétent et investi - 2e partie
 Coronavirus : à la recherche de notre humanité perdue
 Précarité du travailleur social : et si on en parlait
 Educateur spécialisé : toujours mal considéré...
 Travailleur social : (se) motiver au changement
 "Être éducateur dans une société en crise"
 Patients psychiatriques, détenus, personnel : les oubliés de la crise
 Coronavirus : travailleur social en télétravail ?
 Toujours en burn-out malgré les vacances...
 De l’injonction à la résilience chez le travailleur social
 Éducateur spécialisé, le parent pauvre
 L’hypnose, un formidable outil pour le travailleur social
 Travailler en réseau : bénéfices et difficultés
 Les travailleurs sociaux sont-ils tous sur un pied d’égalité ?
 Travailleur social : gérer la lassitude professionnelle



Commentaires - 1 message
  • Vraiment chouette, un grand merci pour cet article dans lequel je me retrouve complètement entant qu'assistante sociale ! Cela me fait chaud au coeur, particulièrement dans une période où je suis en "hyper-questionnement" sur les méconnaissances et les représentations liées à notre métier !

    Bibi1120 jeudi 9 juin 2022 12:42

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus