Rémunération : travailleur social, combien tu vaux ?

05/04/22
Rémunération: travailleur social, combien tu vaux ?

Derrière cet intitulé volontairement provocateur, c’est un sujet tabou que je me propose d’aborder avec vous aujourd’hui. Celui de l’argent. De la valeur de notre travail, celui que l’on gagne chaque mois en étant salarié ou à chaque prestation lorsqu’on est indépendant. Dans notre secteur, contrairement aux autres, l’argent n’a pas bonne presse, ce n’est pas un sujet qu’il est de bon ton d’aborder.

Récemment, et parce que je cherchais à changer de boulot, j’ai eu l’occasion de passer plusieurs entretiens d’embauche. Lors de l’un de ces entretiens, on m’a demandé quelles étaient mes prétentions salariales. Une fois n’est pas coutume, je suis restée coite. Il faut dire que ce n’est pas une question qui se pose habituellement dans nos boulots, ni même dans notre secteur. Parler d’argent quand on travaille dans le social fait mauvais genre, sauf peut-être à certains niveaux de responsabilités.

Un sujet tabou

Mais au fait, pourquoi ? À bien y réfléchir, les négociations salariales existent partout et de tous temps. Dans de nombreux secteurs, c’est un rite normal et courant au moment de l’embauche et plus on monte dans l’échelle hiérarchique, plus elles sont ardues. Chez nous, c’est un peu le contraire. On évite d’en parler et lorsqu’on le fait, c’est souvent une fois le processus d’engagement bien entamé. Bien entendu, au fil des années, et hormis les indexations salariales ou augmentations automatiques liées à l’ancienneté, le salaire se renégocie rarement, sauf peut être dans les administrations publiques. Pourtant, les fonctions évoluent, et souvent vers une augmentation des responsabilités.

Le temps de la charité n’est pas si loin

Alors pourquoi cette réticence, ce tabou ? Je ne prétends pas détenir de réponse, mais uniquement quelques réflexions … Tout d’abord, il fut un temps pas encore si lointain où le social était oeuvre de charité. Dans bien des lieux, institutions, mais surtout associations, il l’est d’ailleurs encore. Parler d’argent n’est pas ancré dans notre « culture d’entreprise », comme si notre travail n’avait pas de valeur marchande. Pourtant, c’est ce que nous faisons : mettre au service de notre employeur notre force de travail, nos compétences et connaissances contre rémunération.

Une question de genre

Le secteur est encore largement féminin et ce n’est pas pour rien : on enseigne plus volontiers aux petites filles, et donc aux femmes à « prendre soin de » . Et même si les mentalités évoluent, cette évolution est lente. Inutile de s’appesantir sur les discriminations salariales dont sont victimes les femmes, elles sont bien connues aujourd’hui. Et si à cela on ajoute le fait de travailler dans un secteur « typiquement féminin », pour y exercer une profession qui, malheureusement parfois, ne va pas être reconnue comme un métier qui a de la valeur, on peut comprendre les (trop) lentes évolutions salariales du secteur.

Le parent pauvre

Le social est aussi le parent pauvre de l’Etat. Nos emplois sont en général subventionnés, étant donné que nous travaillons dans un secteur qui n’est pas supposé générer de richesse, s’agissant plutôt d’apporter une aide à la personne. Or, depuis trop longtemps, l’Etat délaisse le secteur social, préférant investir l’argent de la collectivité autrement que dans le soin à cette même collectivité. Par ailleurs, des disparités énormes existent dans les « sous-secteurs » du social. En effet, d’une commission paritaire à l’autre, selon que l’on travail dans le « non-marchand », le secteur hospitalier, la fonction publique, etc. Les différences de rémunération seront parfois énormes, pour des fonctions et des niveaux de responsabilités similaires.

Une question bien légitime

Pourtant, à l’heure où il devient de plus en plus compliqué de remplir son caddie de courses, sans même parler de son réservoir d’essence, cette question « Combien tu vaux ? », ou plutôt « Combien vaut ton travail ? » a de plus en plus droit de cité, voire même devient une urgence pour certains.

MF - travailleuse sociale

En savoir + sur les salaires

 Quel est le salaire d’un assistant social en Belgique ?
 Quel est le salaire d’un éducateur en Belgique ?
 Quel est le salaire d’un infirmier en Belgique ?
 Quel est le salaire d’un aide-soignant en Belgique ?
 Quel est le salaire d’un psychologue en Belgique ?

Découvrez les autres textes de l’autrice

 Quand l’entretien d’embauche en dit long sur l’employeur
 Travail social : comment "gérer" son chef ?
 Viva for Life, entre cirque médiatique et charité mal placée
 Quand nos aînés sont laissés au bord de la route...
 Gestion d’un projet en travail social : les erreurs à bannir !
 Travailleurs sociaux : réunion d’équipe, les erreurs à ne pas commettre
 Travailleur social : comment démotiver un collègue compétent et investi
 Travailleur social : comment démotiver un collaborateur compétent et investi - 2e partie
 Coronavirus : à la recherche de notre humanité perdue
 Précarité du travailleur social : et si on en parlait
 Travailleurs sociaux : non prioritaires ?
 Educateur spécialisé : toujours mal considéré...
 Travail social : déceler un manipulateur et s’en protéger
 Travailleur social : (se) motiver au changement
 Le non-marchand, encore et toujours oublié de la crise
 Travailleur social : astuces pour mieux communiquer, malgré le masque
 "Être éducateur dans une société en crise"
 Patients psychiatriques, détenus, personnel : les oubliés de la crise
 Coronavirus : travailleur social en télétravail ?
 Toujours en burn-out malgré les vacances...
 De l’injonction à la résilience chez le travailleur social
 Éducateur spécialisé, le parent pauvre
 L’hypnose, un formidable outil pour le travailleur social
 Travailler en réseau : bénéfices et difficultés
 Les travailleurs sociaux sont-ils tous sur un pied d’égalité ?
 Travailleur social : gérer la lassitude professionnelle



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus