Travailler dans le social : ces clichés qui nous collent encore et toujours à la peau

29/08/22
Travailler dans le social : ces clichés qui nous collent encore et toujours à la peau

Vous aussi on vous l’a déjà sortie, cette petite phrase « innocente », qui se veut au mieux comique, au pire insultante, lorsque vous annoncez la profession que vous exercez ? Une petite phrase du style « Ah oui, toi tu es tout le temps en congé » que l’on vous dirait bien si vous êtes prof par exemple... Alors, quels sont les clichés qui nous collent vraiment à la peau, à nous, travailleurs sociaux ? Petit guide (très) ironique !

 Lire aussi : Ces clichés qui collent à la peau des travailleurs sociaux !

Le psychomotricien qui ne sert à rien

Pas vraiment kiné, pas non plus éducateur, pas ergothérapeute … En fait, la psychomotricité, c’est pas un « vrai » métier non ? Ce sont ceux qui passent leurs journées à jouer avec des trucs bizarres et qui ne travaillent pas réellement. Avec des personnes porteuses de handicap, on dira qu’ils les occupent et avec des enfants, qu’ils font mumuse … Mais ils ne servent pas vraiment à quelque chose de bien précis, n’est-ce pas ?

L’éduc qui passe son temps à faire du nursing en maison de repos

Ça aussi, ça colle à la peau : être éducateur en maison de repos, c’est ne servir à rien. Parce qu’après tout, les résidents n’ont pas vraiment besoin de faire des activités collectives, tout comme ils n’ont pas besoin d’un peu de compagnie, tout simplement. Donc, être éducateur en maison de repos, c’est passer son temps à faire le travail que les infirmiers ne veulent pas n’ont pas le temps de faire. Changer des langes, faire des toilettes, parfois donner des médicaments, donner des repas…

L’éduc qui passe aussi son temps à faire du nursing en institution pour personnes porteuses de handicap

Décidément, ces éducs … Toujours là où on ne les attend pas. Par exemple, en institution pour personnes porteuses de handicap. Bon, c’est vrai qu’on s’attend à y trouver des éducateurs. Et on s’attend à ce qu’ils passent leurs journées à faire des activités avec les résidents. Au hasard, cuisiner, peindre, aller se promener, découvrir et visiter des endroits … Le corollaire, c’est qu’on suppose que les tâches de nursing sont réalisées par des infirmiers ou des aides soignants … Et bien … pas forcément.

L’infirmier qui ne veut rien faire et qui n’a jamais le temps

Parlons-en, des infirmiers. Vous savez, celui qui passe en coup de vent laver le bout du nez alors qu’on s’attendrait bien à une toilette complète ? Ceux qui ne s’arrêtent jamais ou si peu pour discuter avec les patients, qui sont toujours pressés et humilient leurs stagiaires, de préférence en public ? Ceux aussi qui préfèrent passer leur temps à boire leur café ensemble plutôt que de travailler ? Allez quoi, ils n’arrêtent pas de se plaindre, mais en vrai, c’est pas si terrible comme métier. Et puis ils l’ont choisi après tout !

L’éduc surveillant de cour de récréation

Être éduc dans une école, c’est facile. Il suffit de prendre les présences, surveiller les heures de colle et faire semblant de surveiller les récréations. Et hop ! Un bon petit horaire peinard, plein de congés, comme les profs, sans même avoir besoin d’essayer d’enseigner des choses à une horde de gamins déchaînés, qui sont si nombreux dans les classes qu’il faut justement l’heure de cours pour prendre les présences. Et il faut faire des études pour ça ? Ah ben non, justement.

Cette petite galerie de portraits vous a fait grincer des dents ? Oups. Elle vous a fait sourire ? Tant mieux, c’était le but. Ceci dit, peut-être avez-vous cru reconnaître l’une ou l’autre personne de votre entourage... Car après tout, il est bien connu que les clichés ont la vie dure ;-)

MF - travailleuse sociale

Découvrez les autres textes de l’autrice

 Travail social : accueillir un nouveau travailleur, mode d’emploi
 Travail social : le pire moment pour lancer un nouveau projet
 Travailleurs sociaux : les vacances d’été, un moment si particulier
 Travail social : quand la communication fait défaut
 Ce que j’aurais aimé qu’on me dise lorsque j’ai commencé à travailler dans le social
 Travailleurs sociaux indépendants : vers un système social à deux vitesses ?
 Peut-on soigner en ne prenant pas soin de soi ?
 Rémunération : travailleur social, combien tu vaux ?
 Quand l’entretien d’embauche en dit long sur l’employeur
 Travail social : comment "gérer" son chef ?
 Viva for Life, entre cirque médiatique et charité mal placée
 Quand nos aînés sont laissés au bord de la route...
 Gestion d’un projet en travail social : les erreurs à bannir !
 Travailleurs sociaux : réunion d’équipe, les erreurs à ne pas commettre
 Travailleur social : comment démotiver un collègue compétent et investi
 Travailleur social : comment démotiver un collaborateur compétent et investi - 2e partie
 Coronavirus : à la recherche de notre humanité perdue
 Précarité du travailleur social : et si on en parlait
 Travailleurs sociaux : non prioritaires ?
 Educateur spécialisé : toujours mal considéré...
 Travail social : déceler un manipulateur et s’en protéger
 Travailleur social : (se) motiver au changement
 Toujours en burn-out malgré les vacances...
 De l’injonction à la résilience chez le travailleur social
 Éducateur spécialisé, le parent pauvre
 L’hypnose, un formidable outil pour le travailleur social
 Travailler en réseau : bénéfices et difficultés
 Les travailleurs sociaux sont-ils tous sur un pied d’égalité ?
 Travailleur social : gérer la lassitude professionnelle



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus