Accompagnateur social : un métier varié et passionnant

Accompagnateur social : un métier varié et passionnant

Dans le vaste spectre des professions du secteur social, il en est une que j’ai eu l’occasion d’exercer à plusieurs reprises : celle d’accompagnateur social. C’est une profession qui peut séduire par son aspect varié et multipotentiel, ainsi que par l’éventail des connaissances et compétences qu’elle demande, et permet d’acquérir.

Accompagnateur social, qu’est-ce que c’est ?

Être accompagnateur social, c’est « simplement » accompagner les personnes. En général, on est amenés à travailler dans un domaine spécifique (dans mon cas précis le logement, mais aussi l’insertion socio professionnelle par exemple), mais cela peut être un accompagnement plus général. C’est un métier un peu hybride, entre celui d’éducateur spécialisé et celui d’assistant social.

Une interface active

En quelque sorte, le principe de ce métier d’accompagnateur social est d’aider la personne à franchir les étapes d’une ou plusieurs problématiques, en servant d’interface entre elle et les (nombreux) services sociaux, face auxquels elle peut parfois être perdue. Donc on accompagne : on définit le ou les problèmes, on priorise, on voit les solutions qui peuvent être mises en place et on aide à aller vers ces fameuses solutions.

Un métier d’équilibriste

Dit comme ça, en très résumé, ça peut paraître simple, voire simpliste. Il n’en est évidemment rien. Le décalage entre la problématique et la prise de conscience de cette dernière par la personne peut être grand, tout comme le décalage entre les souhaits de la personne et le principe de réalité. Là réside tout l’art d’équilibriste de notre métier : accompagner la personne à partir d’où elle se trouve, l’aider à prendre conscience de sa situation, de ce qu’elle souhaite et l’accompagner vers cet état désiré, en prenant conscience de la réalité et de ses ressources.

Un travail individuel varié et au long cours

Concrètement, cela implique un travail individuel au long cours, avec des entretiens formels, mais aussi des rencontres parfois au domicile, un accompagnement pour diverses démarches administratives, parfois un accompagnement dans d’autres institutions, en rendez-vous avec d’autres professionnels du social. C’est un métier qui nécessite de pouvoir exercer en terrains variés et de pouvoir travailler sur différents registres.

Très concrètement...

Il faut pouvoir travailler autour de l’objectif des personnes, mais aussi les aider très concrètement dans la réalisation de ce dernier. Cela peut prendre diverses formes, comme accompagner à un rendez-vous au CPAS, ou encore aider à comprendre un contrat de bail, etc. Mais aussi aider à trouver des activités, un stage d’insertion professionnelle etc. Comme pour beaucoup de professions du secteur social, les casquettes sont variées et il faut en changer souvent, mais les aptitudes de base restent l’empathie et la capacité à travailler dans un certain cadre tout en s’adaptant à la réalité des personnes. Bien entendu, il faut soi-même s’y retrouver un minimum en matière administrative, mais aussi savoir travailler dans la vie quotidienne des personnes.

MF - travailleuse sociale

Découvrez les autres textes de l’autrice

 Les formidables ressources des travailleurs sociaux
 Ces clichés qui collent à la peau des travailleurs sociaux !
 Travail social : entretenir ses ressources et prendre soin de soi
 Travail social : le syndrome de l’imposteur
 Ce que j’aurais aimé qu’on me dise lorsque j’ai commencé à travailler dans le social
 Travailleurs sociaux indépendants : vers un système social à deux vitesses ?
 Peut-on soigner en ne prenant pas soin de soi ?
 Rémunération : travailleur social, combien tu vaux ?
 Quand l’entretien d’embauche en dit long sur l’employeur
 Travail social : comment "gérer" son chef ?
 Viva for Life, entre cirque médiatique et charité mal placée
 Quand nos aînés sont laissés au bord de la route...
 Gestion d’un projet en travail social : les erreurs à bannir !
 Travailleurs sociaux : réunion d’équipe, les erreurs à ne pas commettre
 Travailleur social : comment démotiver un collègue compétent et investi
 Travailleur social : comment démotiver un collaborateur compétent et investi - 2e partie
 Coronavirus : à la recherche de notre humanité perdue
 Précarité du travailleur social : et si on en parlait
 Educateur spécialisé : toujours mal considéré...
 Travailleur social : (se) motiver au changement
 "Être éducateur dans une société en crise"
 Patients psychiatriques, détenus, personnel : les oubliés de la crise
 Coronavirus : travailleur social en télétravail ?
 Toujours en burn-out malgré les vacances...
 De l’injonction à la résilience chez le travailleur social
 Éducateur spécialisé, le parent pauvre
 L’hypnose, un formidable outil pour le travailleur social
 Travailler en réseau : bénéfices et difficultés
 Les travailleurs sociaux sont-ils tous sur un pied d’égalité ?
 Travailleur social : gérer la lassitude professionnelle

[Découvrez les autres professions du secteur psycho-médico-social] :
 Les témoignages
 Les fiches métiers



Commentaires - 1 message
  • Merci pour ce descriptif qui amène une autre facette des pratiques du travail social. Cependant, je ne l'envisage (pour ma part), pas comme un métier mais plutôt comme une fonction commune à certains travailleurs sociaux comme les assistants sociaux, les éducateurs ou encore les psychologues mandatés dans certaines institutions. Pour moi ce que vous décrivez comme un métier à part entière, est plutôt en lien avec nos compétences premières (pour les AS tout du moins). Dans l'école où j'ai été formée, la relation d'aide et l'accompagnement social constituent les bases de l'apprentissage du métier.. Dans les secteurs de la Santé Mentale, cela fait très souvent partie du travail quotidien. J'envisage d'ailleurs ma pratique principalement de la sorte, ce qui me vaut beaucoup de justifications sur le terrain auprès de mes différents collaborateurs qui ont, je pense, une vision de notre métier plutôt propre aux clichés et autres représentations qui n'ont souvent rien à voir avec nos formations initiales. En tous les cas, c'est une facette de ma profession que je veux défendre. N'y voyez là que de la passion. Au plaisir de vous lire :-)

    Bibi19851120 jeudi 16 juin 2022 12:56

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus