Accompagnatrice sociale : "Voici pourquoi j'aime mon métier !"

Accompagnatrice sociale :

Parce qu’il est varié, qu’il nécessite de s’adapter à des contextes changeants, qu’il demande d’avoir plusieurs cordes à son arc et qu’il faut sans cesse se réinventer, j’aime ce métier d’accompagnatrice sociale.

 Lire aussi : Accompagnateur social : un métier varié et passionnant

Un métier varié

Le maître mot de ce métier est vraiment la variété : effectivement, en général, on est accompagnateur social autour d’une thématique particulière, le logement, l’insertion socio professionnelle, etc. Mais en pratique, cette thématique est souvent une porte d’entrée qui nous permet de tisser une relation avec la personne. Et comme un accompagnement ne se finalise pas en deux coups de cuillères à pot, la relation en question va vivre au gré des problématiques et de leur évolution.

S’adapter à des contextes de vie

Accompagner quelqu’un, c’est s’adapter à son contexte de vie, et ceci est valable pour tous les bénéficiaires. Résultat des courses, un accompagnateur social, parce qu’il est au plus proche des bénéficiaires, en travaillant souvent à leur domicile, ou en intervenant autour de la délicate thématique de l’emploi par exemple, va devoir s’adapter à des contextes changeants, variés, et développer une certaine finesse de travail qu’impose le fait de ne pas être en permanence dans le cadre sécurisant d’un bureau.

Pouvoir mobiliser différentes ressources

Et ça n’est pas inné ou donné à tous ! Il faut avoir plusieurs cordes à son arc, connaître différentes techniques d’entretien, savoir travailler autour d’un objectif et de la mobilisation des ressources qui vont avec, mais aussi pouvoir articuler individuel et collectif, mobiliser de solides compétences administratives, travailler en réseau

La formation de base … et l’expérience !

En général, l’accompagnateur social va disposer d’une formation de base d’assistant social ou d’éducateur spécialisé, mais pas uniquement. Beaucoup sont psychologues, ergothérapeutes, etc. Si elle est importante au regard des connaissances qu’elle va offrir, la formation de base n’en est pas moins une base. Le plus intéressant réside souvent dans l’expérience professionnelle, qui, à partir du moment où elle est variée, permet d’acquérir et de mobiliser des compétences intéressantes dans l’exercice d’une telle profession, touche à tout.

Pas de routine

Effectivement, c’est un métier où on ne s’ennuie pas, il n’y a pas de routine. On ne sait jamais vraiment quelle situation on va devoir gérer, ni quelle « urgence » va nous tomber dessus. Dès lors, il faut savoir composer, s’adapter, mais aussi prioriser, déterminer ce qui est réellement urgent de ce qui ne l’est pas… Evoluer en terre inconnue tout en restant en terrain connu !

MF - travailleuse sociale

Découvrez les autres textes de l’autrice

 Travail social : le pire moment pour lancer un nouveau projet
 Travailleurs sociaux : les vacances d’été, un moment si particulier
 Travail social : quand la communication fait défaut
 Ce que j’aurais aimé qu’on me dise lorsque j’ai commencé à travailler dans le social
 Travailleurs sociaux indépendants : vers un système social à deux vitesses ?
 Peut-on soigner en ne prenant pas soin de soi ?
 Rémunération : travailleur social, combien tu vaux ?
 Quand l’entretien d’embauche en dit long sur l’employeur
 Travail social : comment "gérer" son chef ?
 Viva for Life, entre cirque médiatique et charité mal placée
 Quand nos aînés sont laissés au bord de la route...
 Gestion d’un projet en travail social : les erreurs à bannir !
 Travailleurs sociaux : réunion d’équipe, les erreurs à ne pas commettre
 Travailleur social : comment démotiver un collègue compétent et investi
 Travailleur social : comment démotiver un collaborateur compétent et investi - 2e partie
 Coronavirus : à la recherche de notre humanité perdue
 Précarité du travailleur social : et si on en parlait
 Travailleurs sociaux : non prioritaires ?
 Educateur spécialisé : toujours mal considéré...
 Travail social : déceler un manipulateur et s’en protéger
 Travailleur social : (se) motiver au changement
 "Être éducateur dans une société en crise"
 Patients psychiatriques, détenus, personnel : les oubliés de la crise
 Coronavirus : travailleur social en télétravail ?
 Toujours en burn-out malgré les vacances...
 De l’injonction à la résilience chez le travailleur social
 Éducateur spécialisé, le parent pauvre
 L’hypnose, un formidable outil pour le travailleur social
 Travailler en réseau : bénéfices et difficultés
 Les travailleurs sociaux sont-ils tous sur un pied d’égalité ?
 Travailleur social : gérer la lassitude professionnelle



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus