Un site de l'Agence pour le Non-Marchand
Informations, conseils et services pour le secteur associatif

Educ, infirmière : quelles conditions de travail en maison de repos ?

26/03/24
Educ, infirmière : quelles conditions de travail en maison de repos ?

Justine est éducatrice spécialisée depuis 8 ans. Elle a notamment travaillé en maison de repos. Marion, quant à elle, a 60 ans et est infirmière. Elle a un parcours professionnel riche et fourni, avec plusieurs expériences en maison de repos. Pour l’une comme pour l’autre, les conditions de travail sont loin d’y être idéales…

Un secteur en souffrance

"Le secteur du soin est en souffrance, il y a un énorme manque de personnel, de grosses tensions, ça se ressent, c’est difficile de travailler dans cette atmosphère ", confie Justine.

Et de développer  : "En plus, les maisons de repos sont des entreprises, avec une logique de rentabilité, donc une optique totalement différente des autres secteurs où travaillent les éducs. Ça aussi ça pèse. Il y a toute la problématique de l’éduc qui remplace parfois les soignants pour les toilettes et autres. On est tiraillé entre le fait de rendre service, d’aider ses collègues et celui de prendre sa place d’éduc, en sachant que si on accepte une fois, on devra continuer à le faire."

Lire aussi : Educ, infirmière : regards croisés sur l’évolution du travail en maison de repos

De son côté, Marion ne mâche pas ses mots : " Le secteur des soins manque d’humanité . Il y a un report des responsabilités en cascade, beaucoup de médisances dans les équipes et peu de sororité. De la part des directions, il n’y a pas ou peu de solutions pour améliorer le confort des travailleurs. En fait, on accorde peu de considération aux travailleurs, on écoute les solutions qui les mettent en cause plutôt que celles qui demandent une vraie remise en question et ce, malgré la pénurie de personnel. Il y a énormément de pratiques de harcèlement et peu de soutien. J’ai été infirmière, infirmière en chef et infirmière coordinatrice en maison de repos et le constat a été le même à tous ces échelons."

L’hémorragie des professionnels et la question de la reconnaissance

Pour Justine, "Le barème IFIC n’a pas aidé, surtout pour les infirmiers spécialisés, dont la spécialité n’est pas valorisée. Pour les autres professions, comme moi en tant qu’éduc, ce barème est avantageux, mais pas du tout pour les infirmiers. D’ailleurs, beaucoup de soignants quittent le secteur et sont parfois remplacés par des paramédicaux, aussi pour des questions de profit. Les choses dépendent tout de même fortement d’une maison de repos à l’autre, certaines structures sont plus attentives."

Lire aussi : Les Carnets 2024 : “Quand les éducateurs parlent aux éducateurs”

Marion pense " qu’on prend soin des résidents beaucoup plus que du personnel , ce qui est absurde car si le personnel se sent bien, les résidents seront mieux."

Elle suit une formation pour obtenir la qualification en soins palliatifs et relève : "Le premier problème n’est pas le salaire, mais la considération du personnel. Il faut plus de personnel et il faut les traiter mieux. La plupart des gens deviennent infi parce qu’ils ont envie d’aider et la première difficulté qu’ils rencontrent, c’est le manque de reconnaissance, on en parlait justement lors de ma formation."

Lire aussi : Soins palliatifs : “On ne peut pas rater une fin de vie... c’est trop précieux”

C’est certain qu’entre manque de reconnaissance, cadences infernales, sous-effectif chronique, allongement de la durée des études et limitation de la valorisation des spécialisations, on comprend mieux l’hémorragie des professionnels de la santé…

Ce que j’aurais aimé qu’on me dise

"Il faut accepter de faire une part de soins, de manutention, de toilettes. C’est pratiquement inévitable. Il faut aussi savoir que c’est un secteur sous tension et que ça va le rester encore longtemps.", estime Justine.

Marion, quant à elle, n’encourage personne à faire des études d’infirmière à l’heure actuelle. "En presque 40 ans, les conditions de travail n’ont pas changé. Beaucoup de médecins te voient comme leur mandaï, les familles t’engueulent dès qu’il y a un petit grain de sable, tu n’as pratiquement pas de merci. Il faut être bien ancré et se raccrocher à son pourquoi, mais ça ne suffit pas toujours."

MF - travailleuse sociale

Découvrez les autres textes de l’autrice

 Secteur non-marchand : balayer devant sa porte...
 Travail social : vous avez dit piston ?
 Travailler dans le social : ces clichés qui nous collent encore et toujours à la peau
 Travail social : accueillir un nouveau travailleur, mode d’emploi
 Travail social : le pire moment pour lancer un nouveau projet
 Travailleurs sociaux : les vacances d’été, un moment si particulier
 Travail social : quand la communication fait défaut
 Ce que j’aurais aimé qu’on me dise lorsque j’ai commencé à travailler dans le social
 Travailleurs sociaux indépendants : vers un système social à deux vitesses ?
 Peut-on soigner en ne prenant pas soin de soi ?
 Rémunération : travailleur social, combien tu vaux ?
 Quand l’entretien d’embauche en dit long sur l’employeur
 Travail social : comment "gérer" son chef ?
 Viva for Life, entre cirque médiatique et charité mal placée
 Quand nos aînés sont laissés au bord de la route...
 Gestion d’un projet en travail social : les erreurs à bannir !
 Travailleurs sociaux : réunion d’équipe, les erreurs à ne pas commettre
 Travailleur social : comment démotiver un collègue compétent et investi
 Travailleur social : comment démotiver un collaborateur compétent et investi - 2e partie
 Coronavirus : à la recherche de notre humanité perdue
 Précarité du travailleur social : et si on en parlait
 Travailleurs sociaux : non prioritaires ?
 Educateur spécialisé : toujours mal considéré...
 Travail social : déceler un manipulateur et s’en protéger
 Travailleur social : (se) motiver au changement
 De l’injonction à la résilience chez le travailleur social
 Éducateur spécialisé, le parent pauvre
 Travailler en réseau : bénéfices et difficultés
 Les travailleurs sociaux sont-ils tous sur un pied d’égalité ?
 Travailleur social : gérer la lassitude professionnelle
 “Amis politiciens, voici mes revendications de travailleuse sociale ! Les entendrez-vous  ? ”
 Elections  : les revendications d’une infirmière et d’une travailleuse sociale



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour